Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-57%
Le deal à ne pas rater :
Gonfleur électrique Xiaomi Mi Portable Electric Air Pump
29.99 € 69.99 €
Voir le deal

 

 Where I Belong

Aller en bas 
AuteurMessage
Seijaku Shuyin
Vizard indépendant
Seijaku Shuyin

Nombre de messages : 66
Age : 31
Humeur : Peace 'n' Love
Date d'inscription : 11/12/2008

Where I Belong Empty
MessageSujet: Where I Belong   Where I Belong Icon_minitimeMer 16 Sep - 1:55

[Lycée de Karakura]

Il s’était écoulé plus d’une semaine depuis la chasse à l’homme entre le monde des Humains, l’Huecco Mundo et la Soul Society, mais un climat de tension restait encore palpable même après le retrait des forces de l’autre-monde. Et cela n’avait pas été sans mal, que du contraire : des innocents avaient été victimes de combats qui leur étaient étrangers, tout comme des édifices avaient souffert du pouvoir dégager par les guerriers. Shuyin n’était non plus innocent à cela, lui qui avait voulu rester à l’écart de toutes affaires concernant son ancien monde, avait du participer à cette querelle dont il n’en avait apprit les détails qu’après le combat mené contre le deuxième Espada. D’ailleurs, c’est en repensant à cet étrange Arrancar qu’il posa les yeux sur le lycée de Karakura dont une bonne partie était encore en ruines. Il s’approcha de l’édifice d’un pas lent, passant à côté d’ouvriers et de quelques parents d’élèves et leurs enfants.

- Qui aurait cru qu’il y aurait un tel accident dans ce bâtiment… ? (Fit l’une des mères en tenant son enfant par le bras…bien qu’il soit assez vieux pour ne pas être autant materné) Qu’auriez-vous dit si mon fils s’y trouvait ?

Peu importes les lieux, le cœur de l’homme pensait toujours à ses priorités avant celle des autres et de la communauté. Oseraient-ils encore se prétendre être des animaux sociaux… ? Peu importe ce constat, Shuyin ne pourrait ressentir du mal de ceux à qui il appartenu par le passé. D’autant que tous n’étaient pas faits du même bois, se dit-il en repensant aux bonzes… Passant calmement à côté de la mère, Shuyin lui jeta un regard au coin habillé d’une expression indéfinissable mais proche du mésestime. Il continua sa « promenade » en passant cette fois-ci à côté d’un homme de la voirie, celui-ci semblait tout aussi surpris des propos de la femme mais ne pouvait n’en montrer que très peu…

- Madame, soyez plus respectueux quand même… Nous signalons quand même la disparition du concierge, un élève, ainsi que le professeur de musique. Nous n’avons plus de trace d’eux depuis les événements… (Il retenu l’avancé d’une autre famille aussi inquiète que la première) D’autant qu’aucun proche ne s’est manifesté.
- Ah ! S’il en est autant c’est qu’ils ne devaient pas être aussi utiles que ça… (L’homme de la voirie ainsi que la famille qu’il retenait la regardèrent, étonnés) Qu’on les remplace, rebattis cette école et que l’on en parle plus. Si j’ai placé mon enfant dans cet établissement c’est uniquement parce que son psychologue m’a conseillé de le plonger dans un milieu plébéien. Mais un enfant issu de notre rang mérite bien plus, je vous le dis ! Bien plus ! Si si !

Telle une reine méprisable, elle tourna les talons en train son fils dont la honte était plus que visible sur son visage. Les autres personnes ayant entendus ses dires restent à les observer s’en aller, comme ne croyant toujours pas qu’une telle personne puisse exister ou du moins oser venir sur les lieux d’un sinistre alors que rien n’était arrivé à sa progéniture. Tout aussi surpris mais le visage moins marqué, Shuyin avait lui aussi le regard orienté vers cette affreuse personne, mais n’émettait aucun jugement à part celui qu’elle était aveugle. Tôt ou tard, se dit-elle, elle sera confronté à une situation qui engendrera des remords…et qui dit remords, dit parfois remise en question. Le Vizard le savait très bien…

- Un professeur de musique… (Il regarda au sol, quelques débris se trouvaient encore devant lui) Serait-il possible que lui aussi ai participé à cette confrontation… ?

Rien n’était impossible au final : Shuyin n’avait pu ressentir le reiatsu de l’Espada, il en avait peut-être été de même pour le mystérieux Hayashu Haku… De plus, il y avait eu cet étrange être humain arrogant…d’ailleurs, il s’agissait du véritable coupable de tant de destruction. A cette pensée, il serra son poings en fermant les yeux, mais les rouvrit aussitôt et tourna son regard vers des décombres non loin, les sourcils relevés.

- Qui es-tu… ? (Fit le galeriste, se sentant observé) Après plusieurs minutes à m’observer tu devrai te présenter.

En effet, il avait visé juste. Caché dans la pénombre de deux gros blocs de béton, deux yeux observaient Shuyin de puis son arrivé sur les lieux. Le regard était si pesant que ce dernier l’avait ressenti aussitôt, et s’était même rapproché afin d’y voir plus clair. Mais il était déjà sur d’une chose, l’être à qui ils appartenaient était sensible aux esprits car le galeriste n’était pas dans son gigai. Il ne voulait pas avoir à interférer avec les vivants…aussi savait-il qu’il y avait des chances à ce qu’il soit épié que par des morts…

- Vous êtes donc vraiment capable de me voir… (Shuyin acquiesça de la tête) Je savais que vous étiez différent…

Bien qu’innocents, ces mots avaient une lourde portance aux oreilles de Shuyin. Celui-ci comprenait ce que le jeune homme (car il s’agissait d’une voix jeune et masculine) voulait dire…mais il ne pouvait s’empêcher de les reporter à sa condition de Vizard. D’ailleurs, il se demandait comment se fait-il qu’il y ait tant d ‘âmes errantes ces temps-ci…la Soul Society serait-elle débordée… ?

- Tu ne devrais pas rester cacher, n’aies crainte… (Il lui tendit la main, un regard bienveillant vers celui dont il en distinguait que les yeux) Plus tu restes ici, plus tu risques de t’attirer de réels danger.
- Vous voulez m’envoyer dans l’autre monde n’est-ce pas ? (Il se mit à sortir de l’obscurité) L’autre jour je vous ai vu le faire avec cette petite fille.

Calmement, un jeune homme à la peau foncée sorti des décombres, habillé d’une sorte de chemise blanche et d’un pantalon large vert. Ses yeux noirs contrastaient avec sa chevelure sombre aux reflets bruns, un étrange mélange qui lui rappela une certaine personne. Finalement après quelques pas, il attrapa la main tendue vers lui et al salua. Il croisa son regard avec Shuyin qui paraissait légèrement pensif, lui ramenant à ses esprits par sa voix :

- Les autres personnes qui possédaient des sabres étaient habillées différemment de vous. Et vu comment ils agissaient par rapport à vous, j’en déduis que vous ne faites pas partie d’une même organisation…n’est-ce pas ?
- On peut dire cela en effet. Sauf que normalement, je ne devrai pas empiéter sur leur travail. Ces gens là se nomment des Shinigamis, ils viennent d’un autre monde où ils t’enverront s’ils apposent leur sceau sur toi. Cela t’évite entre autre de devenir un …
- Hollow… ?
- Euh…oui. (Shuyin avait l’air étonné par ce jeune homme qui semblait connaitre bien beaucoup de chose) A croire que les âmes errantes se renseignent. La petite fille que t as vu avait aussi l’esprit ouvert.
- J’ai pu un peu discuter avec elle… (Shuyin fut à nouveau surprit) C’est pour ça que je connais un peu plus. Mais ça ne rime à rien de savoir autant de chose dans ma situation… Si ça continue, je vais finir par devenir un Hollow ou me faire dévorer. Connaître ce qui m’arrive et ce qui m’entoure n’y changeront rien, non ?
- Je ne te laisserai pas devenir un Hollow… (Fit Shuyin en posant une main sur l’épaule du jeune homme, ce dernier baissa la tête quand même) Ou te faire dévorer…
- Cela ne change rien au fait que cela ne me rendra pas vivant. A choisir, je préférais être capable de rester entre les deux. Je sais qu’il m’est impossible de revenir à l’état de vivant, tout comme je ne veux pas quitter ce monde. J’ai vu le jour loin d’ici, mais je me sens proche de cette vie développée ici... (Le regard du galeriste s’intensifia au fur à mesure que le jeune homme développait son malaise) J’ai vu quelques morts courir aux pieds des Shinigamis afin d’être envoyés. Ils n’ont pas prit le temps de réellement comprendre leur situation. Certains sont resté dans la déprime de l’après-vie, d’autre en ont profité pour se croire tous permis mais au final…nous sommes tous destiné à changer tôt ou tard. J’y pense de plus en plus en regardant cette chaîne…

Baissant son regard vers le torse du jeune homme, l’ancien Shinigami remarqua que la chaîne avait déjà entamé son dernier stade, lorsque les maillons s’acharnent d’avantage sur eux-mêmes. Il fallait devoir faire vite s’il voulait ne pas voir ce jeune homme se changer en Hollow et connaître ce qu’il a connu. Mais avant, il sentait qu’il devait faire quelque chose…il prit la main du jeune homme et la posa sur sa propre poitrine, au grand étonnement du plus jeune.

- Tu ne ressens aucun battement de cœur n’est-ce pas…pourtant on me considère comme vivant alors que, tout comme toi, la vie m’a quitté. De plus, ce qui me différencie fondamentalement des Shinigamis c’est qu’il m’est arrivé de devenir ce que je combattais autrefois en tant que Shinigami…et cela en étant tout comme toi, entre deux mondes…. (Le jeune homme le regarda, comme pas sûr d’avoir bien entendu) Oui…un Hollow.

Voyant le visage à la fois stoïque et hébété de son interlocuteur, le galeriste fit quelques observations des horizons avant de fermer les yeux en croisant les bras. Aux yeux du plus jeune, il était impossible que l’homme en face de lui soit un Hollow, rien n’annonçait cela. Bien sur il pouvait toujours s’être déguisé pour mieux attire l’ennemi…ou encore ne pas savoir contrôler sa nature Hollow. Beaucoup d’hésitations lui virent à l’esprit, surtout quand Shuyin lui adressa la parole à nouveau :

- Si cela ne te dérange pas, j’aimerai qu’on s’éloigne de ce lieu assez rapidement. Je n’y suis pas fort à l’aise
- Comment ça… ?
- Je t’expliquerai en route, agrippe-toi à moi…

L’hésitation fut palpable, et Shuyin s’y attendais. Aussi avait-il préféré ne rien forcer dans le geste, laissant au jeune homme le temps de lui faire confiance. Ce qui ne tarda pas à venir à son plus grand soulagement, avant que les deux silhouettes ne disparaissent dans un shumpo correctement exécuté.

[Plus loin, au sein de la forêt de Karakura]


- Donc c’est pour ça que vous êtes habillés différemment… (Fit le jeune homme à la suite d’une longue discussion avec Shuyin) Et vous êtes plusieurs dans la même condition actuellement ?
- Je ne sais pas vraiment… J’en ai vu quelques uns pour l’instant mais en tant normal on tente de ne pas se faire trop remarquer (Ponctua Shuyin avec un sourire) Même si, ces temps-ci, je suis un peu trop voyant dans mes actes…

Le jeune homme resta pensif pendant quelques secondes, ayant Kannon sur ses jambes. Il était assis à l’ombre d’une arme, non loin de Shuyin qui était assis en lotus. Préférant les lieux calmes pour discuter, le galeriste l’avait emmené ici avant de lui expliquer son parcours. Pourquoi l’avait-il fait ? Parce qu’il sentait que l’être en face de lui devait le savoir, ne serait-ce que pour mieux appréhender ce qui allait lui arriver. Mais aussi parce qu’il se sentait étrangement proche de ce dernier car tous les deux ne se sentaient pas véritablement « chez eux ». Tous les deux existaient entre plusieurs mondes, et tous deux refusaient les appels de l’un d’eux. Toutefois, contrairement à Shuyin, le jeune homme lui n’avait pas le choix. Il devait rejoindre la Soul Society, ne serait-ce que pour le salut de son âme. Néanmoins, l’idée qu’il se retrouve au Rukongai déplaisait le Vizard. Mais à quoi bon, il ne pouvait rien y faire…

- C’est donc avec ton zanpakuto que tu vas m’envoyer de à la Soul Society ? [color](Shuyin acquiesça en silence)[color=green] Une arme donne la vie aux morts…
- Kannon est bien plus qu’une arme…c’est aussi le prolongement de ma propre âme tu sais. Comme je te l’ai expliqué, le zanpakuto peut être vu comme la suite d’un Shinigami, c’est aussi leur moyen de travail. Pour les Arrancar c’est encore plus subtil car il s’agit d’une véritable réserve de leur propre essence…
- Et pour vous…les Vizard… ?

Le jeune homme regarda le concerné, remarqua que ce dernier avait ouvert les yeux sur les quelques herbes en face de lui. Tout comme lui elles étaient isolées et très souvent considéré comme de mauvaises herbes. Mais elles étaient tout aussi nécessaires…il se plu à le penser…

- Certains voient leur zanpakuto comme une trace de leur passé…d’autre juste comme un outil de puissance…. (Shuyin remarqua que le jeune tentait de dégainer Kannon en vain) Ce zanpakuto est bien plus que le prolongement de mon âme, mais plus l’étole qui éclaire ma nuit. Je tiens à la relation que j’entretiens avec lui…

Lorsqu’il leva la main, Kannon disparu en un flot de pétales des mains du jeune homme, réapparaissant dans la main de son porteur. Ce dernier se leva lentement, le visage un peu préoccupé car il était temps pour lui de dire au revoir à un compagnon de quelques minutes, avant de se tourner vers le concerné. Icelui avait lui aussi comprit, il s’étira et souffla un bon coup. Une bonne rafale vint souffler entre eux, pendant que Shuyin s’approchait tout en regardant le jeune homme. Arrivé à sa hauteur, il lui fit un simple sourire :

- Comment t’appelles-tu ?
- Nous n’allons pas nous revoir…
- Est-ce pour autant que je ne puisse pas connaître le nom des gens que j’ai côtoyé ? (Répliqua Shuyin dans un sourire simple) Moi c’est Seijaku Shuyin.
- Nozomi Shinju.
- Bien, Shinju-chan. Il est temps.

Shuyin leva son zanpakuto mais fut aussitôt enlacé par le jeune homme. Tous les deux avaient quasi la même taille, aussi il du attendre que le jeune homme finisse pour continuer son entreprise. L’apposition faite, l’âme du jeune homme disparu en plusieurs billes de lumières avant de s’envoler vers les cieux. Se fondant dans le bleu de ce dernier, sous le regard apaisé de Shuyin dont la présence de Shinju manquait déjà… Baissant la tête, il se prépara à rentrer tranquillement en ville quand deux rapides ombres apparues et l’entourèrent. Surpris, il n’eut cependant aucun réflexe d’attaque et se contenta de ne pas bouger. Seuls ses yeux le firent, remarquant qu’il s’agissait de deux Shinigamis…de simples soldats, pas même des lieutenants….

- …Je doute que vous soyez des gardes forestiers…
Revenir en haut Aller en bas
Hayashi Haku
Vizard indépendant
Hayashi Haku

Nombre de messages : 32
Age : 36
Date d'inscription : 11/12/2008

Where I Belong Empty
MessageSujet: Re: Where I Belong   Where I Belong Icon_minitimeMer 16 Sep - 6:24

Le soleil commençait à peine à se lever sur Karakura.
Ses fins rayons léchèrent lentement la surface des différents bâtiments orientés vers l'Est, prenant lentement le relais des lampadaires disséminés un peu partout dans les rues. Petit à petit, les lumières artificielles de la nuit s'éteignirent, laissant place au généreux astre de jour, dont la vision n'était point gâchée par les nuages, en cette paisible matinée de mai. La chaleureuse lumière orangée du soleil avait atteint le sommet du plus haut bâtiment de la ville, quand un évènement survint sur son toit. Au milieu du béton et des panneaux solaires, Une double porte coulissante, de style traditionnel, apparut comme par magie. Lorsque cette porte s'ouvrit, une vive lumière s'en dégagea. De cette lumière se dégagèrent trois hommes, qui posèrent à leur aise le pied sur le sol betonné du toit. Une fois la porte franchie, celle-ci disparut, dans une fine aura lumineuse. Les deux premiers hommes portaient un kimono et un hakama noir, accompagné d'un obi blanc. Le zanpakuto à leur ceinture ne laissait planer aucun doute sur leurs origines, il s'agissait bien évidemment de Shinigami. Le troisième homme était bien différent des deux autres. Ayant des profonds yeux azurs, de longs cheveux noirs ainsi qu'un bouc, il était habillé d'un jeans sombre, d'une veste usée noire et de bottes de même couleur. Il se distinguait donc clairement des shinigami qui l'accompagnaient. Pourtant, dans sa main gauche siégeait un zanpakuto, et plus important encore, sur son bras gauche, au niveau du biceps se trouvait un brassard, généralement porté par les vice-capitaine de division. Autre détail intéressant, dans son dos, pendait à sa ceinture un manteau de capitaine, plié en deux pour ne pas trainer par terre. d'un pas décontracté, l'homme en question s'approcha de la bordure du toit, pour admirer la vue sur la ville. Il fut bien vite rejoint par les deux shinigami.

- Quels sont les ordres, Hayashi-Fukutaisho?

Le shinigami ayant posé la question se prit un léger coup de coude dans le bras par son collègue, qui lui lança un regard noir.

- Quoi?

- N'appelle pas ce type comme ça... marmonna l'autre dieu de la mort

- Ben quoi, c'est son grade après tout.

- Pfff... (Se tournant vers Haku)... Bon alors on fait quoi, Vizard?

- Elle est chouette la vue d'ici...

- Ahem...

- Désolé, j'étais perdu dans mes pensées. On sait déjà qu'on peut éviter la zone sud, vous n'avez qu'à prendre les quartiers à l'Est et à l'Ouest du lycée, je prendrai le nord. Repérez le plus haut bâtiment de chaque zone, et postez-vous y.

- Perso j'préférerais qu'on reste ensemble.

- Pour garder un oeil sur moi hein? Croyez-moi, si j'aurais voulu vous fausser compagnie, ça serait déjà fait.

- Je prends l'Est.

- Kaito!

- T'es trop tendu Senpai, fais-lui un peu confiance...

Sur ces mots, le dénommé Kaito disparut, déjà en route vers la zone en question. Son collègue, beaucoup plus sur la défensive, fixait toujours Haku d'un air mauvais, pour lui faire comprendre qu'il n'était pas du tout prêt à lui accorder la moindre confiance.

- Vous savez Goujou-san, momie-sama m'a donné carte blanche pour cette mission. Ca veut dire que j'aurais pu la faire seule si j'en avais eu l'envie. Pourtant j'ai fais appel à vous. Je ne me serais pas encombré de votre présence si j'avais voulu faire un coup tordu, vous ne pensez pas? Je suis là pour accomplir la mission, et vous aussi. Je vous laisse la zone Ouest.

Sans lui laisser le temps de répondre, Haku disparut à son tour. Après avoir pesté quelques mots pas très respectueux, Goujou partit finalement vers la zone qui lui avait été attribuée...


*Quelques jours plus tôt, Quartiers de la quatrième division du Gotei 13*
Accompagné par trois gardes, Haku revenait juste de son entretien avec le commandant-capitaine, à la suite duquel il avait été nommé responsable de la quatorzième division. Les gardes, encore amères de cette décision, l'escortèrent vers les quartiers de la quatrième division, car c'était à cet endroit que se trouvaient les affaires du vizard. A leur arrivée, ils furent reçus par une jeune shigami, pas très grande et portant une grande paire de lunettes. En apercevant le vice-capitaine de la quatorzième division, la jeune femme tira de grands yeux surpris.

- V-v-vous êtes déjà sur pieds!? C'est incroyable!
- Je vous demande pardon?
- Quand on vous a amené ici il y a deux semaines, vous étiez dans un tel état, c'était presque un miracle qu'on soit parvenu à vous garder en vie! Et là regardez-vous, vous avez presque l'air en pleine forme, vous vous êtes remis super vite!
- Ah, oui... Merci pour les soins.
- J'y suis pour rien moi, c'est les hauts gradés qui ont tout fait...
- Vous êtes venu récupérer vos affaires ou tailler une bavette? demanda un des gardes, visiblement excédé.
- Oh oui vos affaires! Elles sont par là, suivez-moi!

La jeune shinigami entraîna Haku à l'intérieur des bâtiments, suivi par les trois gardes. Ceux-ci n'avaient décidément pas l'intention de lâcher le vizard d'une semelle. Tous arrivèrent dans une pièce de taille moyenne, remplie de casiers. La jeune femme fouilla l'un d'entre eux, et en sorti les vêtements d'Haku, ainsi que Seika, son zanpakuto. Elle posa le tout sur une table au milieu de la pièce. Au grand étonnement du vice-capitaine, les vêtements avaient été entièrement remis à neuf, à l'exception de la veste, qui arborait volontairement un aspect usé. Haku se souvenait pourtant clairement des blessures qu'il avait subi lors de son combat contre le sexta espada, et des dégâts que ça avait occasionné sur ses vêtements. Devant le regard médusé du vizard, la jeune shinigami se permit d'intervenir:

- Habituellement je répare les uniformes de mes collègues, c'était la première fois que je m'occupait de ce genre de vêtements. Je vous prie de m'excuser si le résultat n'est pas à la hauteur de vos espérances...
- Vous plaisantez, ils sont parfaits, c'est de l'excellent boulot.
- (les yeux tout pétillants) Vraiment? J'en suis ravie! ^^
- Et si vous vous dépêchiez de les enfiler, qu'on puisse s'en aller, Vizard...

Sur le dernier mot du garde, le regard de la jeune shinigami se figea.

- V-Vizard? (elle remarqua enfin le brassard sur le bras d'Haku) C'est... C'est vous le... (Elle croisa une dernière fois le regard azur du vizard, avant de quitter précipitamment la pièce) Excusez-moi!

Ses pas s'éloignèrent rapidement, jusqu'à ne plus être audibles. Haku afficha un regard navré, pendant que les trois gardes se rassemblèrent devant la sortie de la pièce, pour la garder.

- On dirait que vous lui avez fait peur. Vous devriez aller vous excuser.
- Moi? C'est vous le monstre ici.
- (Sourire discret, accompagné d'un soupir) Oui, sans doute...

Haku retira d'abord son brassard, avant de se débarrasser de son kimono de prisonnier. Il commença par enfiler son T-shirt, puis son pantalon. Pendant qu'il s'habillait, il fut interrogé par l'un des gardes:

- Pourquoi avoir blessé trois de nos hommes tout à l'heure, salaud? Qu'est-ce que t'as à répondre à ça?
- (Tout en continuant de s'habiller, nonchalamment) Je tentais juste de convaincre l'illuminé qui vous sert de chef que ce n'était pas une bonne idée de m'engager... (Il termina d'enfiler sa veste, avant de regarder le garde droit dans les yeux)... Ca n'a pas fonctionné.



Combinant Shunpo et grands sauts, Haku se dirigea rapidement vers le nord de Karakura, passant de toits en toits. En chemin, il passa juste devant le lycée de la ville, où il y a quelques semaines encore, il y occupait le poste de professeur de musique. Il avait entendu parler du combat qui avait eu lieu à cet endroit, mais n'avait pas encore constaté les dégâts de ses propres yeux. Tout un pan de l'école avait été détruit, par ce qui semblait avoir été une terrible explosion. Malgré qu'on était encore au petit matin, des ouvriers étaient déjà sur place, faisant de leur mieux pour reconstruire ce qui avait été détruit. La vision de ce bâtiment en ruine l'attrista quelque peu, au point qu'il resta là, presque figé, devant le ballet étrange qu'opéraient les ouvriers sur le chantier. Il fut pourtant bien vite ramené à la réalité, par son téléphone portable, lui servant ici de talkie-walkie.

- Kaito, en position.

- Goujou, en position.

- Waw... Vous êtes des rapides. Je ne vais pas tarder à atteindre ma position moi aussi, terminé.

Il lança un dernier regard vers le lycée, avant de continuer sa route, vers le plus haut bâtiment de la zone nord...


*Centre de coordination du Gotei 13, le lendemain des évènements de la quatrième division*
Comme à leur habitude, chacun s'activait derrière leurs écrans du centre de coordination. Chaque employé avait une fonction précise, permettant la bonne organisation des missions de chaque shinigami en mission sur terre, et parfois ailleurs. Seule la lumière des écrans éclairaient la salle, mais ça ne semblait pas déranger ses employés, qui surveillaient ces mêmes écrans en quasi-permanence. Ce jour là, ils reçurent une visite inattendue, celle de Haku. A son entrée dans la pièce, tous se figèrent, ne sachant pas trop à quoi s'attendre. Certains tremblaient, d'autres étaient crispés. Le vice-capitaine n'avait pas l'air menaçant de premier abord, mais ça n'empêchait pas la méfiance à son égard.

- Salut... Je suis...
- On sait qui vous êtes. Où sont les gardes censés vous escorter?
- Je ne sais pas. A mon réveil ce matin, ils n'étaient plus là. Je suppose que momie-sama les a rappelé.
- Momie-sama? Oh, le commandant-capitaine. Ca ne m'étonnerait pas de lui, ce type est un irresponsable. Votre présence ici en est la preuve.
- Si vous le dites.
- Qu'est-ce que vous voulez?
- C'est bien ici que vous enregistrez les transferts d'âmes errantes je me trompe?
- Oui, on fait ça, entre autres choses.
- Est-ce que chaque âme porte la signature du zanpakuto qui l'a envoyée à la Soul Society?
- Oui. Pourquoi?
- J'aimerais voir sur la carte de Karakura toutes les âmes qui ont été envoyées à la SS par un certain Seijaku Shuyin.

L'employé entra le nom dans son plan de travail, et lança la recherche. Malheureusement, rien ne s'afficha sur la carte du grand écran. L'employé continua des recherches plus approfondies, et finit par pousser un soupir.

- Vous auriez pu me prévenir qu'il était mort il y a plus de 150 ans, votre Seijaku Shuyin. La technologie d'enregistrement des signatures n'existait pas encore à l'époque, impossible d'afficher quoi que ce soit le concernant donc...
- Il n'est pas mort, il a juste disparu. J'ignorais depuis quand, je suis désolé... Mais c'est pas grave. Vous voyez cette ruelle là sur la carte? Une âme errante a été libérée à cet endroit, une semaine après la rentrée scolaire de cette année. Vous pouvez confirmer?

L'employé rentra les données et lança une nouvelle recherche. Un point s'afficha bien sur la carte à cet endroit, à la date indiquée par le vizard.

- C'est exact. La signature du zanpakuto utilisé pour cette libération n'a pas été enregistrée.
- Vous pouvez repérer toutes les autres âmes libérées par ce zanpakuto depuis... disons cinq ans?
- Oui, attendez...

Après une minute, plusieurs dizaines de points apparurent à divers endroits de la carte, la plupart centrés vers le haut de la ville. Haku esquissa un sourire.

- Je me doutais bien qu'il était du genre à faire ça souvent... Vous avez un portable ou quelque chose dans ce style où vous pouvez transmettre vos informations en direct?
- Evidemment, tous les shinigami en ont.
- J'en veux un, un qui puisse m'avertir à l'instant précis où il libérera une autre âme.
- J'vous prépare ça...
- Et toutes les infos que vous avez sur Seijaku Shuyin aussi...



Peu de temps après s'être éloigné du lycée, Haku arriva enfin sur le toit du plus haut bâtiment de la zone nord. Sans attendre, il contacta Kaito et Goujou.

- Ici Hayashi, je suis en position. Est-ce que vous ressentez quoi que ce soit d'anormal?

- Négatif, on devrait?

- Non, pas forcément.

- Bon, et on fait quoi maintenant?

- On branche nos portables sur la carte de la ville, et on attend.

- Magnifique...


*Quartiers de la treizième division, quelques heures après la visite au centre de coordination du Gotei 13*
Le pas toujours aussi nonchalant, Haku s'avança tranquillement vers les quartiers de la treizième division. Il avait Seika dans sa main gauche, son autre main dans la poche de son pantalon et une cigarette au bec. En s'approchant du portail, un des membres de la division s'avança vers lui.

- Je peux faire quelque chose pour votre service, Vizard-sama?
- Vizard-sama? Je suppose que c mieux que monstre, ou vizard tout court... Je souhaiterais voir votre capitaine, ou son fukutaisho.
- Je regrette, mais tous deux sont en mission en ce moment. En leur absence c'est moi le responsable. Je me nomme Hayato, troisième siège de cette division.
- Très bien, Hayato-san. Je souhaiterais faire appel à deux hommes de votre division, pour m'aider à traquer un autre vizard. Ils doivent être rapides, et avoir de l'expérience des missions dans le monde des humains. Mais j'ai surtout besoin qu'ils soient rapides.
- Je ne pense pas que le capitaine s'y opposerait. Attendez-ici, je pense pouvoir vous trouver des hommes qualifiés...

Une bonne demi-heure plus tard, le troisième siège revint avec deux autres shinigami. L'un semblait plutôt jeune et enjoué, tandis que le second avait l'air plus âgé, et surtout plus aigri.

- Voici Kaito-san et Goujou-san. Respectivement septième et cinquième sièges de notre division. A l'exception du capitaine et du fukutaisho, ce sont nos deux plus rapides shinigami. En plus de ça, Goujou-san possède une expérience conséquente des missions à risques dans le monde des humains.

A l'entente du nom de Goujou, Haku esquissa un léger sourire. On ignorait ce qu'il signifiait, mais le vizard semblait satisfait.

- Excellent. Je vous remercie, Hayato-san. Messieurs, j'espère que nous ferons du bon travail ensemble.
- Moi aussi monsieur!
- Pfff...



Plusieurs heures passèrent depuis que les trois hommes s'étaient répartis un secteur de la ville. Et malheureusement, absolument rien ne se passa durant ce laps de temps. Une situation qui ne semblai pas déranger Haku outre mesure, mais qui avait par contre joué sur les nerfs de Goujou, qui faisait les cent pas depuis un bon moment, s'étant même permis d'explorer sa zone plus ou moins en détail, sans en avertir les autres. Kaito lui n'avait pas quitté l'écran de son portable des yeux, visiblement très motivé par cette mission, même si il ne s'était pour l'instant rien passé d'intéressant. Ce fut en milieu d'après-midi que le signal salvateur arriva enfin. Sur l'écran de leur portable, un point indiqua qu'une âme était en train d'être libérée par le zanpakuto de Shuyin, dans la forêt bordant la ville.

- Minna...

- (en coeur) On y va!

Il ne fallut que quelques secondes aux deux shinigami pour rejoindre la forêt, et l'endroit précis où se trouvait Seijaku. Celui-ci était sur le départ, lorsque Kaito apparut devant lui. Goujou arriva à son tour, quelques mètres derrière le vizard. Shuyin fit quelques pas sur le côté, histoire d'avoir les deux dieux de la mort en visuel. Tout en se déplaçant, il se permit une petite réflexion humoristique...

- Je doute que vous soyez des gardes forestiers...

Alors que Kaito eut un sourire en coin, le visage de Goujou se crispa. Le Shinigami semblait surpris, voir sur le choc, en voyant le visage du vizard. Lentement, la surprise fit face au mépris sur son faciès...

- Toi... Seijaku... Ainsi donc tu es devenu un de ces monstres... Je sais pas pourquoi, mais ça me surprend pas. (il baissa la tête, fermant les yeux, avant de fixer à nouveau le vizard) Kaito, plan de capture numéro trois.

- Hein? Mais pourquoi?

- Fais ce que je te dis!

Presque ivre de colère, Goujou dégaina son zanpakuto et se lança sur Shuyin! Il porta un premier coup que le vizard esquiva, mais repartit à l'assaut sans flancher, lâchant des combinaisons de coups plus rapides les uns que les autres. A ce rythme là, l'ancien shinigami allait être blessé si il ne se défendait pas.
Et pendant ce temps, Haku n'avait toujours pas fait son apparition...
Revenir en haut Aller en bas
Seijaku Shuyin
Vizard indépendant
Seijaku Shuyin

Nombre de messages : 66
Age : 31
Humeur : Peace 'n' Love
Date d'inscription : 11/12/2008

Where I Belong Empty
MessageSujet: Re: Where I Belong   Where I Belong Icon_minitimeJeu 17 Sep - 18:06

Ils avaient été rapides, mêmes beaucoup trop au goût de Shuyin qui restait à les observer. Cette rencontre n’avait donc rien d’anodine, surtout à la suite des premières paroles du plus âgé d’entre les deux :

- Toi... Seijaku... Ainsi donc tu es devenu un de ces monstres... Je sais pas pourquoi, mais ça me surprend pas.

A l’annonce de son prénom, le concerné confirma le côté planifié de cette rencontre. Il comprit aussi qu’on le recherchait à cause de sa nature, et que donc la Soul Society était au courant de sa Hollowmorphose. Gardant un visage calme, il jeta un regard vers l’autre shinigami qui, lui, ne semblait pas plus le connaître que ça. La suite risquait d’être épicée…

- Kaito, plan de capture numéro trois.

L’attention de Shuyin monta aussitôt d’un cran, se concentrant directement vers Goujou qui fit un dernier échange nerveux avec Kaito avant de charger le galeriste. Celui-ci fit aussitôt un bon de côté, avant de devoir effectuer une dizaine de mouvements d’esquive pour finir par bloquer l’attaque suivante à l’aide de zanpakuto encore dans son fourreau. Il eut un court moment où les yeux bleus du Vizard furent plongés dans ceux de Goujou : il y avait de la colère…de la rancune…mais aussi une discrète tristesse et un étrange sentiment qui le rendait mal à l’aise. Il eut un déclic dans l’esprit du Vizard :

- Hagejin… (Les yeux de Shuyin s’écarquillèrent au fil de sa phrase) Goujou… ?

Dans un nouvel excès de colère, le juste nommé éjecta Shuyin de quelques mètres avant que ce dernier ne se rattrape en l’air. Retombant délicatement sur ses jambes, il n’eut le temps que de lever Kannon pour éviter une attaque aussi rapide que mortelle s’il avait reçu en pleine carotide. Un bal de coups recommença aussitôt, bien plus furieux qu’au départ maintenant que Goujou savait que Shuyin s’en était rappelé. Mais de quoi s’était il rappelé… ?

- Comment se fait-il que tu es survécu sale chien ! (Grogna Goujou en lançant un slash horizontal vers Shuyin) Tu n’es qu’un faible, un lâche!
- Lâche ? (Shuyin effectua un bond pour poser le pied droit sur le poignet de Goujou) Je n’ai abandonné aucun compagnon sur le champ de bataille…

D’une pression, il fit un bond en arrière couplé de diverses acrobaties, pendant que Goujou était encore déstabilisé de la manœuvre. Mais alors qu’il pensait avoir un peu de temps libre pour préparer une action, il ressenti in extremis le reiatsu d’Hagejin et n’eut le temps que de basculer sur la droite. Mais dans le mouvement, la lame de ce dernier vint lui griffer le visage d’un trait. Un peu plus haut et l’œil serait parti…

- Goujou-san, je ne cherche en aucun cas à me battre contre toi… (Il évita de justesse un autre coup de lame furieux) Rien ne pourra ramener Danjo à la vie…ni ma disparition, ni moi-même.
- Ferme-la !

Goujou ramena sa lame à lui avant de prendre rapidement appui sur sa jambe en retrait. Ayant prématurément perçu les intentions de son adversaire à la suite de son mouvement de rage, Shuyin fit un semblable geste avant de contrer un mawashigeri par le sien mais à l’opposé. L’attaque bloquée, il serra le fourreau de Kannon afin de contrer une nouvelle et incessante attaque de lame, avant de pointer son doigt droit entre els yeux de son ennemi.

- Désolé…

Alors qu’il avait l’intention d’user du Kido, il remarqua le soudain sourire de Goujou, avant de voir ce dernier vouloir lui agripper la jambe. Mais avant qu’il y parvienne, une étincelle de reiatsu mit Shuyin en alerte, le malaise qu’il avait eu au début se confirma. Dès lors, il dirigea son doigt vers sa propre jambe.

- Hado no ichi : Sho !
- Bakudo no rokujuusan...

D’un impact, la jambe du Vizard fut projetée en arrière, évitant ainsi l’emprise de Goujou qui ne s’attendait pas à ce que le Vizard se vise lui-même. Mais ce ne fut pas tout, la manœuvre de Shuyin avait pour but de lui faire perdre l’équilibre, lui permettant aussi d’éviter ce qu’il avait pu sentir tout juste attend.

- Sajo Sabaku !

D’un geste des deux mains combinées, kaito lança une sorte de gros cordages de lumière jaune là où se trouvait Shuyin. Mais malheureusement pour le shinigami, sa cible avait déjà quitté sa place et ce fut autours du corps de Goujou que s’enroula le Kido d’emprisonnement, amenant les jurons du touché et sa projection contre un arbre où il resta attaché.
Profitant de cette ouverte, me Vizard posa une main au sol et lâcha Kannon en chargeant sa main libre d’un reiatsu jaune.

- Bakudo no yon : Hainawa !

D’un revers de la main, il envoya une corde lumineuse droit sur Kaito qui fut aussitôt prit dedans, avant de pousser sur le sol pour reprendre une posture debout. Cela fait, il soupira de soulagement, la tête baissée :

- Maintenir un Kyakko parfait est une tâche difficile… (Il s’adressa à Kaito, toujours ligoté) Le stress peut être un facteur d’échec dans le maintient d’une incantation. Si tout s’était déroulé comme vous l’aviez prévu, j’aurai été à votre place…

S’avançant calmement vers son zanpakuto placé au sol, Shuyin jeta un œil à Goujou qui n’avait cessé d’insulter Kaitou ainsi que lui-même. C’est en ramassant son fidèle compagnon qu’il n’avait pas dégainé qu’il continua sur ses répliques, s’adressant cette fois-ci à son véritable ennemi. Kaitou n’exécutant sans doute que les ordres.

- Tu ne dois pas blâmer ce cher Kaitou-kun… Il s’en est tenu aux ordres, et ce fut à cause de ta prise de liberté qu’il n’a pas pu appliquer votre procédure correctement. Le Saju Sabaku nécessite de se concentrer sur sa cible afin d’en augmenter la précision. Mais dans mes souvenirs, tu as toujours eu du mal avec le Kido. Ce n’est pas pour rien que tu n’as justement pas sur déceler mon jeu, il y a plus d’un siècle, lorsque j’avais usé du Kyakko pour dissimuler mon aura. (Il ferma les yeux) Ce jour-même où vous m’avez tous laissé pour mort.
- Espèce de chien ! Tu nous a donc menti !!
- En avais-je le choix… ? (Répliqua calmement Shuyin en ouvrant les yeux sur le ciel teinté de quelques feuilles arrachées par le vent) A vos yeux je n’étais devenu qu’une chose abjecte, un déchet à éliminer au plus vite. Je n’ai fais qu’exécuter vos souhaits…
- Et que fais-tu de la mort du capitaine ! Des autres shinigamis… ??? Tu les as laissé mourir…. ! Tu dois être hanté par leur fantôme !

Cette dernière réplique marqua Shuyin qui leva son regard bleu sur Goujou. Il n’y avait aucune animosité, mais étrangement aucune tristesse non plus. Le Vizard semblait être devenu diffèrent, complètement impassible à la remarque du colérique qui s’en étonna même.

- Nous ne sommes pas punis pour notre colère…mais par celle-ci…

Un nouveau vent se leva entre les armes, plus calme que la rafale précédente. Un certain calme était revenu, même si une lourde tension était encore sensible dans l’atmopshère.
Revenir en haut Aller en bas
Hayashi Haku
Vizard indépendant
Hayashi Haku

Nombre de messages : 32
Age : 36
Date d'inscription : 11/12/2008

Where I Belong Empty
MessageSujet: Re: Where I Belong   Where I Belong Icon_minitimeMer 23 Sep - 0:52

Un joli ciel orangé, surplombant une plaine, presque entièrement vide, et aride. Seul un arbre, mort, siègeait au milieu de l'endroit, juste en plein centre. Pour animer les lieux, un léger vent faisait danser la poussière, et quelques autres débris divers. Son sifflement résonnait sur la plaine comme pour casser la monotonie et le silence qui y régnait. Mais ce jour-là; un autre bruit vint accompagner le sifflement du vent dans sa démarche. Des pas, tapant calmement sur le sol sec de la plaine. Ils étaient plutôt discrets, mais tapaient tout de même suffisamment fort pour être entendus. Lentement, ceux-ci se rapprochèrent du centre de la plaine. L'arbre mort, seul vestige de cet endroit, était leur destination. Une fois arrivé, le vizard aux yeux azurs se mit dos à l'arbre et s'assit par terre, contre le tronc. Il fouilla ses poches pour en sortir un paquet de cigarettes, en amenant une à ses lèvres. Il l'alluma, avant de fixer le vide s'ouvrant devant lui en exhalant une première bouffée de fumée...

- Tu es là, Seika?

Comme si il venait de prononcer une formule magique, l'arbre dans son dos prit soudain des couleurs, faisant pousser des fleurs de cerisiers sur ses branches sombres. Du tronc au dessus de lui se forma une silhouette féminine, dont les jambes restèrent figées dans le bois, et dont les bras vinrent enlacer tendrement Haku...

- Tu m'as laissée toute seule bien longtemps, je me suis inquiétée...
- Je sais, je m'en excuse.
- C'est quoi ce brassard? Tu rempiles?
- Il semblerait bien.
- Juuyon... C'est nouveau?
- Ouais... Une division spéciale Vizard.
- Voilà qui est original. Comment s'appelle le capitaine?
- Ca devait être moi, j'ai refusé. A moi de choisir qui portera le manteau blanc. J'ai déjà ma petite idée.
- Le jeune de l'autre fois? Tu l'as à peine croisé... Comment sais-tu qu'il pourra faire l'affaire?
- Je n'en sais rien, juste une impression... Et puis... Il lui ressemble, à Akira.
- Tu trouves? C'est vrai qu'ils ont quelques traits similaires, mais...
- Non, pas physiquement. Son aura. Il dégageait quelque chose de commun... Une sorte de sérénité, semblable à celle d'Akira.
- Je n'ai pas vraiment fait attention... Mais bon, si c'est vrai, ce garçon peut peut-être faire retrouver des couleurs à cet endroit, et ce n'est pas moi qui m'en plaindrais...
- Je ne pense pas que cet endroit puisse retrouver ses couleurs d'antan... Mais, peut-être des nouvelles, pourquoi pas... Oui, ça serait bien...



Ainsi donc, le plan de Goujou n'avait pas fonctionné. Le cinquième siège de la treizième division était censé occuper Shuyin, le temps que Kaitou, son collègue, puisse préparer un sort de rétention assez puissant pour maintenir le vizard prisonnier. Mais la colère de Goujou vis-à-vis de l'ancien shinigami, qu'il avait connu par le passé et détesté, l'avait empêché de rester lucide, et l'avait conduit à se faire avoir par son propre plan. Kaitou de son côté, se fit également surprendre par le vizard, ne s'attendant pas à ce que son sort de bakudo se retourne contre son camarade. Son inattention suite à son erreur l'avait conduit à se retrouver lui aussi emprisonné par un sort de Kido, lancé par Shuyin. Les deux Shinigami étaient donc à la merci du vizard, qui sur l'instant, ne savait pas trop comment gérer la situation. Il avait neutralisé ses deux adversaires sans les blesser, et maintenant? Maintenant, il allait devoir faire face à la suite, car ce n'était pas fini...

- Hado no Gojuuyon... Haien.

D'entre les arbres jaillit une boule d'énergie brillant d'une lumière violacée, fonçant à toute vitesse vers Shuyin! Doté de bons réflexes, le vizard recula à temps, laissant le projectile lumineux s'écraser au sol avec violence, provoquant une petite explosion soulevant un grosse quantité de fumée. Rapidement, Seijaku regarda partout autour de lui, mais ne décela aucun ennemi. Le problème était surtout qu'il avait perdu les deux shinigami de vue, tous deux masqués par l'écran de fumée. Toujours attaché à son arbre, Goujou pesta contre cette intervention, alternant insulte et quintes de toux provoquées par la fumée.

- *tousse* Et c'est que maintenant qu'il débarque çuilà *tousse*... Tu savais pas te montrer plus tôt, salopard!? *tousse*

Le salopard en question apparut d'ailleurs devant le cinquième siège, avec à ses côtés Kaitou, libéré du sort de Shuyin. Le jeune shinigami voulut libérer son collègue, mais Haku l'en empêcha.

- Laissez-le tel quel, Kaitou-kun...

- Hein!? A quoi vous jouez, Vizard?

- Après avoir lu le dossier de Seijaku, je voulais savoir qui de lui ou vous était le méchant de l'histoire Goujou-san... Je voulais savoir ce qui l'avait conduit à faire croire à sa mort. Il semblerait que j'ai ma réponse.

- Vous... Vous avez lu son dossier!? Alors vous saviez son nom et même plus! Vous nous avez menti!

- (Affichant un air faussement navré) Désolé.

- Vous ne valez pas mieux que lui...

- Jugement hâtif, c'est justement ce qui vous a conduit à être attaché à cet arbre...

- Je vous emmerde! Assez rigolé, détachez-moi maintenant!

La fumée commençait à se dissiper, et la voix de Goujou était de plus en plus audible. Comme à son habitude, le shinigami proférait injures sur injures, à la différence qu'elles n'étaient cette fois plus destinées à Shuyin. A l'endroit de l'impact du Hado d'il y a quelques instants, la terre était entièrement calcinée sur une surface d'à peu près deux mètres de diamètre. Il était certain que si Shuyin avait été touché par ce sort, il aurait subit de sérieux dégâts. Pourtant, quelque chose lui disait que malgré tout, ce sort n'était pas destiné à le blesser, mais juste à l'écarter, un moment... Maintenant que la fumée se dissipait, le vizard pouvait à nouveau apercevoir ses adversaires. Goujou était toujours attaché à son arbre. Kaitou à ses côtés, semblait désemparé, fixant curieusement un troisième individu. Au plus il y voyait clair, et au plus il lui semblait connaître cet homme. Ces vêtements, ces longs cheveux noirs, son teint mate, bien vite Shuyin reconnut celui qu'il avait croisé dans cette ruelle, près du lycée, il y a plusieurs semaines. Que faisait cet homme avec deux shinigami? Pourquoi Goujou l'insultait-il à gorge déployée? Pour l'instant, c'était assez confus pour le galeriste.
Soudain, Haku sortit de l'intérieur de sa veste un rouleau de ruban adhésif, à la surprise des deux shinigami.

- Qu'est-ce que vous comptez faire avec ça?

- J'ai fait un petit détour avant de venir ici, pour ramener ce truc. Je me suis dit que ça servirait... J'avais raison.

Le vice-capitaine de la quatorzième division décolla le bout du ruban, et le scotcha sur la joue de Goujou, avant de faire presque deux tours autour de sa tête avec le rouleau! Une fois la bouche du cinquième siège hermétiquement fermée, le vizard rangea le rouleau dans sa veste, comme si de rien était. Goujou avait beau s'agiter comme il pouvait, il était maintenant attaché, et bâillonné.

- Pourquoi avoir fait ça, Fukutaishô?

- Pour qu'il arrête de nous casser les oreilles, Kaitou-kun. Ca me paraît évident.

- Mais...

- Ecoutez-moi bien. Je prends la relève à partir de maintenant. J'aimerais que pendant que je m'entretiens avec Seijaku, vous surveillez la zone pour moi. Assurez-vous que personne ne vienne nous déranger. Quant à Goujou-san... Je pense qu'il est très bien où il est pour l'instant. Est-ce que je peux vous faire confiance, Kaitou-kun?

Kaitou était hésitant. D'un côté il regarda Goujou, dont la colère déforma son visage de secondes en secondes, mais dont les liens n'étaient pas près de lâcher. De l'autre il fixa Haku, qui malgré son statut de vizard et sa manière d'agir plutôt étrange, inspirait de la sympathie au jeune shinigami. Après quelques intenses secondes de réflexion, il finit par se décider. Il accepta les ordres du vice-capitaine de la quatorzième, d'un hochement de la tête. Haku lui rendit un sourire, tapotant sur son épaule avant de se diriger vers Seijaku...
Ce fut en le voyant arriver vers lui, que Shuyin le remarqua enfin. Le brassard, sur le bras d'Haku, il n'y avait pas de doute, c'était bien un brassard de vice-capitaine. Il remarqua également le vêtement qui pendait plié en deux à la ceinture du vizard, dans son dos. Il n'en était pas sûr, mais ça ressemblait fortement à un manteau de capitaine du Gotei 13. D'autant plus d'éléments qui ne faisaient qu'ajouter de la confusion dans l'esprit du galeriste. Comme lors de leur première rencontre, Haku ne dégageait pas la moindre aura agressive, ou malfaisante envers Shuyin. Après un bref échange de regards, ce fut le vice-capitaine qui ouvrit la conversation...

- Fate's a bitch hein?... Il y a beaucoup d'ironie dans la situation que nous vivons en ce moment... Tu te rappelles, lorsque nous nous sommes croisés dans cette ruelle, je t'ai dit qu'ils finiraient sûrement par te trouver en agissant comme tu le faisais... L'ironie, c'est qu'ils m'ont trouvé avant toi... L'ironie, c'est que c'est moi qui leur ait permis de retrouver ta trace, à cause de ce dont je t'avais prévenu, dans la ruelle... L'ironie, c'est ce que je suis venu faire ici à cet instant...

Toujours avec nonchalance, Haku porta sa main dans son dos, pour prendre le manteau de capitaine, pendu à sa ceinture. Il lança le vêtement vers Shuyin, qui l'attrapa au vol. En le dépliant, il y découvrit le kanji Juuyon...

- Elle a changé, la Soul Society. En apparence, c'est toujours plus ou moins la même, mais en réalité, c'est devenu un cirque. Une momie complètement frappée en guise de commandant-capitaine, une division dirigée par un arrancar, et enfin... Une quatorzième division, dont je suis pour l'instant le seul membre... Ah oui, j'ai oublié de me présenter dans la ruelle, ou plutôt j'en ai pas eu le temps... Juuyon Ban Tai Fukutaishô, Hayashi Haku... Ravi de te revoir... Taishô.
Revenir en haut Aller en bas
Seijaku Shuyin
Vizard indépendant
Seijaku Shuyin

Nombre de messages : 66
Age : 31
Humeur : Peace 'n' Love
Date d'inscription : 11/12/2008

Where I Belong Empty
MessageSujet: Re: Where I Belong   Where I Belong Icon_minitimeMer 23 Sep - 20:57

Attrapant le haori de capitaine de division au vol, Shuyin observa l’emblème de ce dernier avant de rester songeur aux paroles d’Haku. Il fallait dire que toute la mascarade du début avait eu l’effet de le laisser vacillant, pourquoi la Soul Society se donnerait tant de mal ?

- Juuyon…

Etrangement, ce fut le cinquante-quatrième sort de destruction qui eut le plus grand effet sur Shuyin, ayant eu l’effet d’n peu éclaircir toute cette histoire d’un mouvement brut et décisif. Pendant que l’autre Vizard lui expliquait les raisons de sa venue, le galeriste jeta un coup d’œil au point d’impact du sort…tout n’était plus que calcination…

- Elle a changé, la Soul Society. En apparence, c'est toujours plus ou moins la même, mais en réalité, c'est devenu un cirque. Une momie complètement frappée en guise de commandant-capitaine, une division dirigée par un Arrancar, et enfin... Une quatorzième division, dont je suis pour l'instant le seul membre... Ah oui, j'ai oublié de me présenter dans la ruelle, ou plutôt j'en ai pas eu le temps... Juuyon Ban Tai Fukutaishô, Hayashi Haku... Ravi de te revoir... Taishô.

Ainsi donc, Hayashi Haku avait fini par rejoindre leur rangs, lui qui semblait moins enclin à le faire que Shuyin lui-même rien qu’au point de vue de leur actes respectifs. De plus, il lui annonçait qu’il venait d’être promu au poste de capitaine, chef de cette division nouvelle dont la présence n’était pas encore souhaitée de tous…
Ramenant son regard vers le professeur de musique, l’ancien bonze souffla en fermant les yeux…Il lui fallait sa seconde de récapitulation…

- Les flammes de la résiliation… (Il regarda Haku droit dans les yeux) Tu me proposes de renoncer à ma vie en dehors de toute appartenance à la Soul Society pour une coalition avec un état semblant être plus désemparé qu’autre chose. Tout est une boucle : en effet, il y a beaucoup d’ironie.

Il y avait certes eu plus d’un siècle depuis son évasion du Seireitei, et plusieurs événements avaient offert une nouvelle image à l’endroit qu’il n’avait pas encore revu depuis. Si les dires du Vizard étaient véritables, ils ne pouvaient cacher le passé. D’ailleurs, ce fut avec un sourire de voir qu’Haku avait néanmoins réussi à voiler l’une des sources du passé, un regard malicieux se tourna vers Goujou…

- Il est vrai qu’il est plus reposant de discuter ainsi…J’imagine que cela à dû être difficile pour toi aussi. Nous sommes ce que nous sommes : Vizards. Et aussi fou que peut être le commandant-général actuel, il n’en reste pas moins que nous retenir sous une division risque d’être bien plus dangereux qu’il ne le pense. Nous avons goûté à la liberté, et c’est cette liberté qui nous a permis de contenir cette bête féroce en nous…

Le Vizard laissa un silence s’ajouter à la discussion, regardant Haku ainsi que Kaitou. Il repensa à ce dernier, au combat précédent mais aussi à l’attaque de l’Espada quelques jours plus tôt. Pourquoi faisait-il tant de rencontre en si peu de temps, et qu’avait-il de caché derrière cette succession d’entrevues ? Il repensa aussi aux autres Vizards, notamment à Okami qui lui semblait être la meilleure représentation de la crainte que pouvait amener les Vizard au sein du Seireitei. Mais l’image de K’ lui revint aussi en mémoire, cet humain qui n’avait pas hésité à détruire un bâtiment ainsi que mettre fin à quelques vies…sans doute. Humains, Shinigamis, Arrankars, Espada,… la question d’une nature maléfique ou bénéfique était, depuis longtemps, dépassée…
Mais malgré ce constat, Shuyin ne semblait pas rassuré pour autant. Jetant un regard sérieux à Haku, il ferma les yeux avant de consulter rapidement son cher Zanpakuto.

Une fois de plus, tu me demandes conseil

C’est une voie qui se présente à nous deux, nous sommes et nous resterons liés

Qu’est-ce qui t’effraie à rejoindre leur rangs… ?

Les autres, l’isolement m’évitait ce genre d’aventures…Je reste un Vizard.

Tout comme un chien n’est pas considéré comme bon parce qu’il aboie bien, un homme n’est pas considéré bon car il parle bien.

Dois-je y voir une réponse positive… ?

Tu es le porteur, je suis entre tes mains.

Sois ma lumière lorsque je reviendrai…



- Juuyon Ban Tai Taisho…

Cessant le dialogue intérieur avec sa fidèle lame, Shuyin émit un très silencieux soupir avant de soudainement jeter son haori vers la gauche sous l’étonnement de tous. Il enchaina aussitôt en projetant son zanpakuto droit vers le haori, ce dernier se déformant sous l’impact pour être emporté plus loin avec la lame et se figer dans des branchages plus loin. Reportant son attention sur Shuyin, Haku vit ce dernier porter sa main à son visage avant de dessiner un geste oblique suivit de la formation d’un masque blanc familier. Une aura sombre se dégagea aussitôt, laissant découvrir un Shuyin en Vizard dont les trois yeux jaunes du masque étaient dirigés vers l’autre Vizard.

- Allons-y.

Shuyin disparu aussitôt à l’aide d’un déplacement instantané nouveau : un sonido, à la plus grande surprise de Kaitou et Goujou qui avaient perdu sa trace. Mais il n’eut pas à attendre longtemps avant de le voir réapparaître dans le dos d’Haku, annonçant déjà une attaque au talon descendant ayant pour but de frapper la clavicule gauche de son adversaire. Si ce dernier ne réagissait pas rapidement, la puissance obtenue par l’Hollowmoprhose suffirait à lui cause une grande blessure.
Revenir en haut Aller en bas
Hayashi Haku
Vizard indépendant
Hayashi Haku

Nombre de messages : 32
Age : 36
Date d'inscription : 11/12/2008

Where I Belong Empty
MessageSujet: Re: Where I Belong   Where I Belong Icon_minitimeJeu 24 Sep - 23:24

[Toutes les actions exécutées par Shuyin dans ce post ont été écrites avec l'accord de ce dernier...]


Pendant un instant, Shuyin semblait comme perdu dans ses pensées. En réalité, il s'entretenait avec Kanon, son zanpakuto, mais cela, personne, pas même Haku, ne pouvait le savoir. Un entretien qui s'acheva plutôt vite, et au bout duquel le regard du galeriste avait changé. De l'incompréhension, le regard du vizard était passé à l'assurance, voir la détermination. Lançant son manteau de capitaine sur le côté, il accompagna celui-ci de son zanpakuto, qui entraîna le vêtement jusqu'à un buisson non loin de là. Il amena ensuite sa main à son visage, pour faire apparaître son masque. Cette réaction fit sourire Haku, qui ne s'attendait pas à se faire prendre de vitesse à ce sujet. En effet, depuis le départ, le vice-capitaine avait l'intention de tester les capacités de Shuyin, et surtout de voir si celui-ci maîtrisait correctement son hollow intérieur. C'était certain qu'un capitaine vizard qui ne maîtrisait pas bien ce côté là de sa personne, ça ferait sûrement tâche. Après avoir passé diagonalement sa main sur son visage, la fameuse substance blanche recouvrit le visage du futur capitaine, pour finalement se solidifier et former son masque. Un masque aux traits très agressifs, voir terrifiants, contrastant sensiblement avec l'impression sereine que dégageait Shuyin en général. Un peu comme le côté face d'une même pièce, en somme...
De ses trois yeux dorés, le masque du vizard semblait sourire sinistrement au vice-capitaine de la quatorzième.

- Et moi qui pensais que mon masque était moche...

- Allons-y.

La voix de Shuyin, sensiblement différente aussi bien dans le son que dans l'intonation, effaça immédiatement le semblant de sourire sur le visage d'Haku. Seconde surprise pour le vizard aux yeux azurs, le galeriste utilisa non pas un shunpo, mais un sonido, ce que lui-même ne faisait jamais, pas même avec son masque. Apparaissant dans son dos, à près de trois mètres de hauteur, Shuyin entama un furieux coup de talon descendant, destiné à briser la clavicule de son adversaire. Presque par réflexe, Haku mit Seika, toujours scellée, en travers du chemin de ce coup vicieux. Le talon de Shuyin rencontra le fourreau de Seika dans un violent impact, qui força Haku à poser un genou à terre

- Argh!

- Rhaaaaaa!!!!

Reposant son pied d'appui au sol, Shuyin exécuta une vrille, infligeant un autre coup de pied à son adversaire, qui fit mouche cette fois, en plein dans ses côtes. Comme lors du coup précédent, la puissance du vizard masqué était impressionnante, et surtout suffisamment forte pour envoyer le vice-capitaine valser sur plusieurs mètres. Un tonneau, puis deux, avant qu'il ne parvienne à se remettre sur ses pieds, freinant ainsi sa course involontaire. En levant les yeux, Haku vit à nouveau le masque monstrueux de son adversaire le narguer, comme si il était animé d'une vie propre. Sans attendre, Shuyin repartit à nouveau à l'attaque, courant tout en poussant un léger rire sadique. Après avoir craché une gerbe de sang, Haku se débarrassa de Seika, lançant le zanpakuto vers le même buisson que Kanon et l'haori de capitaine. Il porta ensuite en vitesse sa main à son visage, et le lacéra avec violence. Shuyin était à portée de coup. Il avait armé son poing, et frappa de toutes ses forces! Dans un bruit sourd, une onde de choc jaillit de l'impact, soulevant terre et feuilles mortes. Goujou, toujours attaché à son arbre, avait les yeux exorbités de surprise. De là où il se trouvait, il ne pouvait voir la scène en détail, mais il était sûr que le coup de poing de Shuyin, aussi violent soit-il, avait échoué. Kaitou, qui s'était lui aussi mis à observer le combat, l'avait compris, les choses sérieuses commençaient maintenant...
A l'unisson, les trois yeux du masque de Seijaku fixaient son poing. Quelque chose avait bloqué sa course. Quelque chose de solide, et de puissance équivalente à son propre coup. Il s'agissait tout simplement du poing d'Haku, venu rencontrer celui de son adversaire juste avant qu'il ne parvienne à destination. De ses trois yeux dorés, Shuyin rencontra le regard azur de son adversaire, encore plus intense caché derrière son masque. Lentement, la mâchoire du masque d'Haku s'ouvrit, laissant échapper un râle sinistre. Shuyin voulu faire de même, mais avant qu'il ne puisse le faire, le vice-capitaine attrapa son poignet d'une main, et sa gorge de l'autre. Levant sa jambe sur le côté et sa tête en arrière, le râle du vizard azur s'intensifia, pendant que l'énergie rouge sombre d'un cero s'aggloméra entre les deux cornes de son masque. Coincé dans l'étreinte de son adversaire, Shuyin ne put qu'assister à la scène, avant qu'Haku ne rabatte sa tête avec violence en direction de celle du galeriste, pour lui infliger un coup de boule avec le cero en formation! L'explosion du cero à travers cet impressionnant coup de boule fit un bruit retentissant, soulevant un gros nuage de fumée, et surtout une nouvelle onde de choc. Ejecté à une vitesse folle, le corps de Shuyin se désarticula presque à chaque rencontre avec le sol, provoquant d'irrémédiables vrilles incontrôlables, ne semblant pas vouloir cesser. N'attendant pas que son adversaire ait fini de "voler", Haku se précipita à sa suite. Parvenant à le rattraper au bout de plusieurs dizaines de mètres, il arma un coup de poing, qui semblait chargé en reiatsu. Il rabattit alors son poing avec rage, provoquant un mini-cratère qui souleva un nouveau nuage de fumée, mêlé à la terre sèche de l'endroit. Lorsque le nuage se dissipa, Haku fut surpris de constater qu'il avait manqué sa cible. En effet, à part son poing incrusté dans le sol terreux, il n'y avait rien. Au dessus de lui, le ciel semblait s'obscurcir. Il leva donc les yeux, pour apercevoir Shuyin, blessé superficiellement, ses mains se faisant face au niveau de sa poitrine. Entre ses deux mains, un cero brillant d'un mauve presque dépressif était en train d'être formé.

- A mon tour!

Le galeriste souleva la boule d'énergie sombre au dessus de sa tête, avant de lancer le rayon mortel du cero, accompagné de son bruit si particulier. Désincrustant rapidement son poing, Haku tendit les bras et mit sa jambe droite en arrière pour servir d'appui. Dans un fracas assourdissant, le vizard aux yeux azurs parvint à arrêter le cero avec ses mains! Mais celui-ci continua à faire pression sur le vice-capitaine, qui commença petit à petit à s'enfoncer très légèrement dans le sol, provoquant des fissures sur le sol terreux. A nouveau, la mâchoire du masque d'Haku s'ouvrit lentement, accompagnée du fameux râle hollow. Au fur et à mesure que la mâchoire s'ouvrait, l'énergie rouge cramoisi d'un nouveau cero se concentra entre ses cornes. Agrippant fermement le cero mauve qui menaçait de l'anéantir, Haku puisa dans ses réserves de reiatsu pour augmenter sa force physique à un niveau extraordinaire. Et enfin, accompagnant son râle Hollow par un cri de rage, il écarta les bras et parvint à littéralement déchirer le cero adverse! Il tira ensuite son propre cero à travers celui de Shuyin, éventrant complètement la colonne d'énergie mauve, transpercée par celle de couleur rouge, sous les yeux ébahis de Goujou et Kaitou, médusés par cet incroyable combat...
Presque paralysé par l'effort considérable qu'il venait de faire, Haku n'eut pas le temps de réagir au sonido du galeriste, qui apparut dans son dos. Celui-ci s'empara en vitesse des deux bras toujours écartés du vice-capitaine, et les tira en arrière, se servant de son pied comme appui sur son dos, pour accentuer la douleur...

- Intéressant... Très intéressant! Mais comme tu le vois... C'est insuffisant!

Ne prêtant pas attention aux paroles de son adversaire, Haku parvint à se délivrer de l'emprise de Shuyin grâce à sa force brute et un peu d'astuce. Tirant sur ses bras, il parvint à contrebalancer la force du vizard aux trois yeux, avant de partir dans un espèce de flip arrière, lui permettant de coller ses deux semelles dans la face ou plutôt le masque du galeriste, et ainsi se dégager. Shuyin recula de quelques pas, manquant presque de trébucher. Haku se releva haletant, visiblement épuisé par autant d'effort en si peu de temps. Voyant que Shuyin ne passa pas à l'action, et reprenait lui aussi son souffle, il décida de mettre fin au combat. Amenant une dernière fois sa main à son masque, il l'arracha, et le fit s'évaporer dans de fines volutes lumineuses.

- Je crois qu'on peut s'arrêter là, Taishô... Du moins, si c'est vraiment toi... Depuis que ce combat a commencé, je n'en suis pas vraiment sûr...

Shuyin resta silencieux. Le masque à trois yeux toujours fixé sur son faciès, seul le bruit hachuré et étouffé de sa respiration lourde était audible. Malgré le signal de fin de combat du vice-capitaine, le galeriste ne semblait pas décidé à enlever son masque. Peut-être Haku avait-il commis une erreur, en enlevant son masque avant celui de l'homme qu'il avait choisi pour capitaine...
Revenir en haut Aller en bas
Seijaku Shuyin
Vizard indépendant
Seijaku Shuyin

Nombre de messages : 66
Age : 31
Humeur : Peace 'n' Love
Date d'inscription : 11/12/2008

Where I Belong Empty
MessageSujet: Re: Where I Belong   Where I Belong Icon_minitimeMar 29 Sep - 4:18

[Toutes les actions exécutées par Haku dans ce post ont été écrites avec l'accord de ce dernier...]

Rien ne changea après la remarque d’Haku, Shuyin continuait de lui jeter un regard malsain et insistant. Sa respiration saccadée, couplée à la déformation de sa voix due au port du masque Hollow témoignait d’une certaine soif. Des pulsions malsaines qui, même si Shuyin était un pacifiste convaincu, débordait de son être une fois la transformation faite. En enlevant son masque en premier, Hayashi marquait la fin du test et avait invité son futur partenaire à en faire de même. Mais il se mettait aussi potentiellement en danger, surtout face à un adversaire capable d’effectuer des mouvements rapides. Ce dernier, le sourire carnassier au visage, entama une marche lente en direction d’Haku, sous le regard de Kaitou et Goujou dont la gorge se serrait de plus en plus. Au fur à mesure des pas effectués, une goutte de sueur venait perler sur le visage de Kaitou. Ses membres tremblaient…non pas par la peur, même s’il elle était évidente, mais par le reiatsu noir qu’avait dégagé les deux Vizard…et que Shuyin continuait à répandre.

[A l’intérieur de Shuyin…]

Deux silhouettes face à face se trouvaient dans un endroit étrange ne semblant appartenir à aucune réalité. Il y avait un sol, car les deux ombres y avaient pied, mais ce dernier n’était pas dissociable du reste autrement. Malgré tout ça, il n’y avait aucune réelle source de lumière focalisée…le tout reflétait la lumière à l’image de la Lune. Le décor n’était d’autre qu’une série d’étranges symboles de lumières de différentes intensités, se mouvant dans un même mouvement d’ensembles, comme aspirées par un siphon lent se trouvant au dessus. Au centre de ce point se trouvait une sorte de trou sombre, mais rien n’était visible au-delà…laissant à l’endroit une part de mystère. On aurait pu y voir l’intérieur d’un planétarium…sauf qu’il n’y avait ni étoiles, ni galaxie….mais juste un ballet de nuances de tons noirs et blancs lumineux en passant par toutes les dégradations. Le mystère de l’endroit fut augmenté lorsque les deux silhouettes furent plus visibles, se représentant comme Shuyin et son double dont les couleurs avaient été inversées. Il s’agissait là de sa part Hollow, sa nature étant confirmée par la présence d’un troisième œil sur le front ainsi qu’un sourire des plus noirs sur le visage.
Regardant le seul être semblant être avec lui, l’Hollow émit un soupir avant de prendre la parole sur un ton cynique :

- Tu veux t’arrêter ? Si tôt… ?? Ne va pas me faire croire que cela t’as suffit !
- C’est pourtant le cas… La violence gratuite ne fait pas avancer les choses.
- Oh… (l’Hollow mima l’étonnement sans grand conviction) N’est-ce pas toi qui aies fait appel à moi, une fois encore ? Je ne suis pas un vendeur de pâquerettes, ma venue est synonyme de sang qui coule ! Et là, j’en ai pas vu assez…je…
- Assez. (Coupa Shuyin, ce dernier ayant prit la position du lotus) La raison pour laquelle je t’ai utilisée était pour lui montrer quelque chose : toi. Et le mettre en garde sur ta personne…
- Hé-hé-hé… (Le mauvais côté de Shuyin le pointa du doigt) Avoue que tu as peur de perdre un jour le contrôle sur moi. Tu m’as beaucoup appelé ces temps-ci, et il n’est pas difficile de savoir que tu commence à y prendre goût…faux-cul ! Tôt ou tard, tu cèderas….que ça me prenne mille ans ou plus…

A ces mots, Shuyin ferma les yeux avant d’effectuer le Bhûmisparsha-Mudrā, un positionnement des mains spécifique et codifié qui eut aussitôt l’effet de faire apparaître un vif éclat au dessus des deux êtres. La lumière revenue à la normale, l’Hollow put dès lors distinguer trois symboles de lumières trônant à l’emplacement du puits sombre où le décor semblait converger. Il amena une main au dessus de ses yeux, la clarté des écritures lui semblait bien pesante mais il ne pouvait s’en détourner. Encore surpris face à cette apparition, il ne fut néanmoins pas sourd aux paroles de Shuyin qui conserva sa position, toujours les yeux clos et le visage serein :

- Ne cherches pas le passé, ne cherches pas le futur; le passé est évanoui, le futur n'est pas encore advenu. Mais observes ici cet objet qui est maintenant.

Peu à peu, le corps de l’Hollow se mit à se fragmenter en pétales de lotus noirs, avant de complètement s’évanouir sous l’action d’une brise succincte. Face à cela, Shuyin soupira très légèrement. Mais à peine avait-il eut l’idée de se relever qu’on lui attrapa la gorge du creux du bras avant qu’un index ne fasse pression sur sa tempe. Fronçant les sourcils, il serra les dents en sentant la respiration du sournois Hollow, réapparu soudainement sans crier garde. Un rire très discret se fit, avant que sa voix, plus menaçante que jamais, coule à travers ses lèvres proches de l’oreille du galeriste :

- Tu te repose bien vite sur tes pseudo-acquis !! Et…ne surestime pas ta soi-disant maîtrise de ce monde ! J’ai été durant de longues année le seul maître ici, alors profites bien de ces derniers jours car la balance penchera ! (Il lécha l a joue de Shuyin) Et une fois que j’aurai repris contrôle, j’irai vers ce Haku. Je le battrai et lui arracherai, un part un, ses membres en veillant à le garder en vie. Son aura m plaît, je veux voir son sang couler à flot !

Il redisparu à nouveau, suivit de tout le décor qui disparu en une masse énorme de pétales de différents tons de gris.

[De retour dans la forêt de Karakura]

Arrivé à un mètre d’Haku qui commençait sérieusement à douter de son geste, Shuyin leva lentement la main avant de faire partir son masque Hollow dans un jaillissement sombre. Soulagés, tous virent enfin le visage plus vivable de Shuyin qui restait néanmoins bien sérieux. Il tendit sa main vers le professeur de musique que ce dernier serra.

- Très bien, je serai alors le quatorzième capitaine du Gotei, en espérant que notre renommée soit autre que celle de monstres renégats. (Il ajouta en tourna son visage vers Goujou, et assez fort pour que ce dernier l’entende) Haïs-moi, déteste-moi de tout ton âme si cela est réellement ce que tu penses être bon. Mais ne condamne pas ta vie à la quête d’un but originellement erronée.

Lâchant la main d’Haku, Shuyin s’en alla chercher leurs affaires d’un pas tranquille et pas pressé pour un sous. Lorsqu’il redonna Seika à son propriétaire, il remarqua la décoration de l’arme et surtout l’arbre qui y était représenté. Il s’agissait là d’une étrange coïncidence, leurs zanpakuto avait donc tout les deux un rapport avec les fleurs. Mais cela n’occupa pas l’esprit du Vizard fort longtemps, d’autre pensées lui virent en tête….notamment sa nouvelle position en tant que Juuyon Ban Tai Taishô. Ne sachant pas si des directives avaient déjà été prises par Haku à propos de leur division, le galeriste prit les choses en main tout en s’habillant de cet haori blanc. Lui qui s’était toujours contenter de se montrer faible lors de sa vie au Seireitei ne se serait jamais vu instruit du titre de capitaine. Cela le rendit légèrement nostalgique…Danjo n’était pas loin.

- Et quel est le rôle de notre division… ?
- A ma connaissance, nous sommes chargé de protéger le monde réel simplement, nous seront la liaison avec la Soul Society. De plus, la division ne sera composée que de Vizards.
- Que de Vizards… (Shuyin resta pensif un moment) Et connais-tu d’autres Vizards que moi ?
- Aucun. Je n’ai pas cherché à le faire non plus…je n’y voyais aucun intérêt. (Shuyin acquiesça par un bref mouvement de la tête) Notre rencontre fut fortuite.
- Quant à moi, j’en ai rencontré deux…mais je ne sais pas s’il y en a d’avantage à Karakura. Et vu les derniers événements, il serait préférable de savoir ce qu’ils ont en tête. Je ne peux pas prétendre être capable de les faire rejoindre notre… « Cause »….

Shuyin faisait allusion à Ayane Saki et Okami, deux Vizards qui ne lui semblaient pas forcément coopératifs à première vue. Cependant, il ne pouvait pas rester sans au moins tenter quelque chose. S’il avait, auparavant, refusé l’adhésion au groupe de Saki….la situation actuelle était différente et Shuyin même savait qu’ils ne pourraient pas rester indépendants longtemps. De plus, aussi fort qu’Haku et lui-même puissent-ils être, Shuyin savait qu’il ne pourrait assumer la défense du monde réel seul. Aussi, il joignit ses mains et se concentra avant de s’abaisser et dessiner un cadran au sol.

- Le Cœur au Sud, les Yeux au Nord, le Bout des Doigt à l'Ouest, les Talons à l'Est... Ô Vent, Souffle et Rassemble ! Ô Pluie, Tombe et Efface ! (Les lignes du cadran s’intensifièrent, avant que le tout ne s’illumine) Kakushi Tsuijaku

Comme Haku s’en était douté, Shuyin venait de lancer le kido traceur afin de repérer la trace des Vizards en question. Ayant été en contact avec eux, Shuyin savait sur quelle énergie se concentrer et cela vit lorsque les symboles sur le cadran se mirent à défiler. Toutefois, comme tout Vizard, Ayane et Okami camouflaient certainement leur énergie. Aussi, le kido ne put repérer que des zones au lieu de point précis. Mais cela semblait déjà suffisant aux yeux de Shuyin qui fit un mince sourire.

- Heureusement, ils ont survécu malgré les événements des semaines passées et son toujours présents à Karakura….

En se relevant, il lança un dernier regard vers Haku avant de se tourner vers Kaitou et Goujou. A cette vue, Goujou détourna son regard tandis que Kaitou restait figé. Était-ce la peur qui l’empêchait de détourner lui aussi son regard ? Ou le simple fait de n’avoir aucune raison à détester le Vizard… Toutefois, ce fut avec une première hésitation qu’il exécuta l’ordre de Seijaku à savoir libérer le forcené. Cela fait, Shuyin resta debout face à un Goujou qui contenait encore mal sa rage.

- Je ne te veux absolument aucun mal, sache-le. S’il y a des choses que tu comptes régler, mieux vaut le faire ici qu’à la Soul Society où tu risque gros en posant la main sur un supérieur… (A cette phrase, Goujou ne put s’empêcher de grommeler avant de tourner le dos à Shuyin, fermant tout dialogue suivant) Si tel est ton choix.
- Nous devrions retourner à la Soul Society à présent.
- Oui, c’est vrai…je me demande ce qui a changé le plus mis à part le commandant. D’ailleurs, je n’aurai jamais cru que Yamamoto-san se ferait remplacé un jour…

Le galeriste posa alors son regard vers un arbre non loin. Un très gros chêne qui ne manqua pas de lui rappeler la canne de l’ancien chef du Gotei 13. Il espérait que ledit fou-furieux à la tête de la première division actuelle serait tout aussi instruit de sagesse que l’était le Grand-Père...

Where I Belong Yonjuu
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Where I Belong Empty
MessageSujet: Re: Where I Belong   Where I Belong Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Where I Belong
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde des humains :: Karakura :: Forêt-
Sauter vers: